5 choses à faire à Bordj Bou Arreridj

Direction Bordj Bou Arreridj, à un peu plus de 200 kilomètres d’Alger. La capitale des Bilans regorge de lieux bien gardés qu’il faut absolument voir. Si vous êtes en voiture, évitez le centre ville car les ruelles sont assez étroites et encombrées. Il est plus agréable de marcher ou de prendre l’un des nombreux taxis collectifs qui circulent en ville. Voici, cinq choses incontournables : 

Bordj El Mokrani 

Le fort a été construit par les Ottomans sous Hassan Pacha pour surveiller le passage des caravanes allant de l’est à l’ouest et du nord au sud. Il est situé sur un rocher de quinze mètres qui permet d’avoir une vue sur toute la ville et sa région. Dans le temps, la ville de Bordj Bou Arreridj était entourée par une muraille et disposait de plusieurs portes Bab S’tif, Bab M’Sila, Bab Zemmoura… qui ont aujourd’hui disparu. Le château d’El Mokrani a été rénové durant dix ans avant de réouvrir. Durant la colonisation, les Français ont pris possession du lieu et ont restauré et ajouté certaines parties. Au dessus de certaines portes, les dates de restauration sont mêmes affichées. 

En 1871, la région a connu l’insurrection la plus importante depuis le début de la colonisation française en 1830. Cheikh El Mokrani a lancé l’assaut sur Bordj Bou Arreridj et repris l’intégralité de la ville aux Français sauf le fort qui porte aujourd’hui son nom. Suite à cette insurrection, des centaines d’Algériens furent déportés vers les bagnes de Guyane et de Nouvelle-Calédonie. Ils sont appelés les « Algériens du Pacifique ». Aujourd’hui, beaucoup de descendants de ces anciens prisonniers vivent toujours en Nouvelle-Calédonie. 

A l’entrée du fort, vous pourrez admirer des vestiges romains. 

Jamaâ El-Atiq 

La plus vieille mosquée de Bordj a été construite en 1894 et se trouve en plein centre ville. De style ottoman, la mosquée El-Atiq a joué un rôle important notamment durant la colonisation puisqu’elle constituait l’un des seuls lieux de culte musulman de la ville et donc le centre névralgique de l’activité des habitants. Par ailleurs, plusieurs grandes personnalités algériennes sont passées par ce lieu. On peut notamment citer Mohamed Boudiaf, ancien président algérien, les cheikhs Ben Badis et Bachir El-Ibrahimi (qui est d’ailleurs originaire de la région) membres de l’Association des oulémas musulmans algériens, qui y ont tenu plusieurs conférences. 

Les vieilles ruelles de la ville, les quartiers d’El Bled et de la gare

Lorsque vous marchez dans la ville, n’oubliez pas de lever les yeux. Dans le ciel, les différentes espèces d’oiseaux qui traversent l’Algérie en période de migration participent aussi aux spectacle. La ville de Bordj Bou Arreridj est notamment connue pour ses cigognes qui fendent le ciel et construisent de gros nids sur certains toits et poteaux. Ainsi que les nombreuses hirondelles lors du printemps. Bordj Bou Arreridj conserve aussi un passé de ville de garnison. Dans l’hyper-centre, les maisons coloniales, construites sur un étage, sont reconnaissables par leur toit en tuile rouge. Il en reste quelques-unes mais la plupart sont mal entretenues ou détruites l’une après l’autre pour laisser place à des villas de plusieurs étages. 

Parc de loisir Nour wa Nassim

La ville bénéficie depuis plusieurs années d’un parc de loisir de plusieurs hectares. Le lieu est idéal surtout si vous êtes en famille avec des enfants. Le parc dispose de plusieurs jardins, de grandes allées et d’un plan d’eau en plein centre. Il y a aussi plusieurs attractions pour les grands et les petits et il est possible de déjeuner sur place ou de consommer une crêpe ou des glaces.

Shopping 

La ville compte plusieurs quartiers commerçants où vous pouvez flâner et acheter des vêtements, des tenues traditionnelles ou des articles pour aménager votre maison, notamment du linge de maison, de la literie et des tissus. Parmi les quartiers les plus fréquentés, on peut citer Mounia (surtout pour les hommes), El Coucha, les 500 (à proximité du parc de loisir Nour wa Nassim) et le quartier historique d’ «El Bled» avec le fameux passage Akhrouf, une rue piétonne où vous trouverez beaucoup d’artisans qui vendent des burnous, bijoux en or et argent, trousseau de mariée… 

Tarifs: 

Bordj El Mokrani : 30 dinars l’entrée.